10 bonnes raisons de maintenir, de bonifier et d’élargir le système de consignation au Québec


Montréal, 2015 - La consigne au Québec est un sujet qui suscite toujours des débats. Bien que le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte contre les changements climatiques, M. David Heurtel ait réitéré sa volonté envers la modernisation de la consigne en octobre 2014, d’autres organismes et associations font pression pour éviter l’élargissement de la consigne ou bien pour l’abolir.

Pourtant, pourquoi considérerions-nous abolir un système aussi performant, qui récupère plus d’un milliard de contenants par année au Québec? Afin de nourrir cette réflexion, voici 10 bonnes raisons de maintenir, bonifier et élargir le système de consignation au Québec :

1. La consigne est le seul système permettant de recycler 100 % de la matière récupérée.

Comme le consommateur rapporte ses contenants déjà triés, sans bris ni mélanges, la qualité de la matière est préservée, ce qui permet d’en valoriser une proportion inégalée et de revendre ces matières à un prix optimal sur le marché du recyclage.

2. Le taux de récupération de la consigne est de loin le plus élevé.

Selon le bilan 2012 de la gestion des matières résiduelles de RECYC-QUÉBEC, les contenants de boisson gazeuse en plastique et en aluminium ont été récupérés respectivement à 69 % et 66 %, alors que le taux d’acheminement aux fins de recyclage du métal et du plastique issus de la collecte sélective municipale ont été de 52 % et 16 % seulement.

Attention! Récupération et recyclage ne veulent pas dire la même chose.

3. La consigne contribue à diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Recycler des contenants de boisson produit moins de GES que fabriquer de nouveaux contenants.

Il ne faut pas oublier que l’augmentation des GES sur la planète est un des facteurs d’impact liés au réchauffement climatique.

4. La consigne aide à garder nos espaces publics plus propres.

Étant donné que la majorité des contenants de boissons est consommée à l’extérieur des domiciles, une partie de ces contenants finit par se retrouver dans la nature. Grâce à la consigne, plusieurs de ces contenants sont récupérés par ceux qui s’intéressent à réclamer l’argent accordé à chacune de ces bouteilles ou cannettes consignées.

5. Le système de consignation ne coûte rien aux contribuables, aux municipalités ou à l’État québécois.

Il s’agit d’un système qui est autosuffisant à 100 % : ce sont les principes de pollueur-payeur et de responsabilité élargie des producteurs qui sous-tendent sa pérennité. Dans une conjoncture politique de coupe budgétaire, voilà une excellente raison de maintenir le système!

6. La consigne assure le maintien de plusieurs centaines d’emplois de qualité au Québec.

Il s’agit des emplois dans les secteurs de la production, de la distribution, du traitement, de la récupération et de la fabrication des contenants.

7. La consigne est une source de financement complémentaire pour de nombreux groupes et organismes communautaires.

La consigne peut être vue ainsi comme un vecteur de développement social. Saviez-vous qu’au Québec, c’est 28 M$ par an en contenants consignés qui ne sont pas retournés? Et si l’on faisait un don de ces contenants à une bonne cause?

8. La consigne est appréciée par les Québécois et ancrée dans ses habitudes.

Selon un sondage réalisé par Léger Marketing en 2011, la quasi-totalité des Québécois (93 %) disent rapporter leurs contenants consignés au moment de faire leur épicerie, un moyen de faire d’une pierre, deux coups!

9. La consigne est complémentaire à la collecte sélective.

La collecte sélective et le système de consignation constituent des moyens efficaces et surtout complémentaires pour permettre au Québec d’atteindre ses objectifs en matière de récupération et de gestion des matières résiduelles. Ce n’est pas l’un ou l’autre. C’est l’un et l’autre.

10. La consigne rapporte pour le Québec sur plusieurs plans (économique, environnemental et social).

Il s’agit d’un programme qui fonctionne très bien et qui peut fonctionner encore mieux. C’est pourquoi la consigne mérite d’être protégée et améliorée au Québec.