C’est le contenant qui compte, pas le contenu!
La consigne contribue à hausser la qualité et la valeur des matières récupérées, ce qui permet qu’elles soient vendues à un prix optimal dans le marché.

C’est le contenant qui compte, pas le contenu!

Montréal, 10 novembre 2014 - Le mois dernier, le recyclage au Québec a fait objet de plusieurs discussions qui ont été amplement diffusées par les médias, notamment la fermeture de certains recycleurs de plastique, ainsi que le bas taux de recyclage du verre dans la province. Dans une telle conjoncture, le système de consignation s’avère de plus en plus important pour optimiser le détournement de matières - verre, plastique et aluminium - des sites d’enfouissement. Il s’agit du seul système qui permet le recyclage à 100 % de tout ce qu’il récupère.

Mieux consigner

Au Québec, une consigne s’applique à tous les contenants de bière, de boissons gazeuses et de certains jus et thés glacés. Cela veut dire que nous consignons le contenant en fonction de ce qu’il contient et non pas en fonction de la matière dont il est composé. Alors, une bouteille en plastique sera consignée si elle contient une boisson gazeuse, mais pas si elle contient de l’eau, par exemple.

Pourtant, les taux de récupération des contenants consignés sont de loin supérieurs à ceux d’un même contenant non consigné. De plus, la consigne contribue à hausser la qualité et la valeur des matières récupérées, ce qui permet qu’elles soient vendues à un prix optimal dans le marché. 

C’est pourquoi l’opportunité d’élargir la consigne à d’autres contenants devrait être sérieusement envisagée au Québec, si l’on veut arriver à une meilleure gestion de nos matières et de nos ressources naturelles.