Les partenaires de Pro-Consigne Québec remettent en question l’équité des efforts gouvernementaux pour améliorer nos deux systèmes de récupération

Montréal, 15 août 2014 - Le 4 août dernier, RECYC-QUÉBEC a lancé un appel d'offres afin de financer des projets novateurs proposés par des centres de tri, des conditionneurs et des recycleurs québécois en vue d’améliorer le système de collecte sélective1. Selon le communiqué publié par la société, l’aide financière maximale par entreprise, sous la forme d’une contribution non remboursable aux investissements, sera de 500 000 $. Suite à cette annonce, les partenaires de Pro-Consigne Québec ont fait part au cabinet du Ministre Heurtel de quelques aspects jugés importants concernant ce financement :

« L’aide financière proposée par RECYC-QUÉBEC, même si elle était prévue depuis 2012 par le Plan d’action 2012-2015 du Comité conjoint sur les matières recyclables de la collecte sélective, soulève la question de l’équité des efforts gouvernementaux déployés en vue d’améliorer la gestion des matières résiduelles au Québec. Il ne nous semble pas cohérent que les coûts liés à l’innovation des centres de tri soient largement subventionnés par des fonds publics, alors que le système de consignation publique n’a jamais fait l’objet de projet d’aide financière depuis sa mise en place il y a trente ans.

Comme vous le savez bien, le système de consignation est autofinancé, ne coûtant donc rien aux contribuables, aux municipalités ou à l’État québécois. Il s’agit d’un système très efficace, dont les performances sont éloquentes, mais qui pourtant peut être encore bonifié. Une hausse de la consigne de 5 à 10 cents, ainsi que son élargissement à d’autres contenants similaires seraient des mesures possibles pour arriver à la modernisation de ce système.

Dans le contexte actuel où une étude comparative entre la collecte sélective et le système de consignation est en cours, l’annonce de RECYC-QUÉBEC renforce l’hypothèse selon laquelle il est difficile d’évaluer la performance comparée des systèmes de récupération alors que l’injection de fonds publics permet d’améliorer l’un et pas l’autre.

Pour les partenaires de Pro-Consigne Québec, les solutions permettant d’accroître l’efficacité et la performance de la collecte sélective doivent comprendre l’adoption des meilleures conditions d’amélioration de tous les systèmes de récupération et de recyclage au Québec. Or, c’est en misant sur les forces respectives de chaque système que nous arriverons à maximiser la quantité et aussi la qualité des matières recyclables au Québec. »


1. http://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/client/fr/rubriques/Nouvelles.asp?id=762